Blog

23.09.2020

Comment aider à apprendre ? La technique de l’incitation

Par le Dr Mehdi Liratni

Extrait de notre nouveauté 100 idées pour enseigner les habiletés sociales

Avec ma méthode ABA (Applied Behavioral Analysis), nous ciblons avant tout le plaisir dans l’apprentissage et la réussite permanente grâce à l’évitement de l’erreur (en tout cas, au début). Pour cela, nous proposons différents types et niveaux d’aide que nous appelons : incitation. Afin d’éviter les erreurs et les frustrations, nous utilisons souvent dans un premier temps une incitation totale qui, peu à peu, va s’estomper (incitation partielle) pour disparaître dès que possible.

Les types d’incitation que nous avons recensés sont :

Ø L’incitation physique : par exemple, quand un enfant apprend à étaler de la confiture sur une tartine, une incitation physique consistera à mettre notre main sur la sienne pour guider le mouvement.

Ø L’incitation visuelle : c’est par exemple le fléchage dans un immeuble (ou une gare, un aéroport) qui nous aide sur notre parcours ou encore les illustrations qui accompagnent un mode d’emploi ou une recette de cuisine.

Ø L’incitation verbale : il s’agit d’un type d’incitation que l’on peut utiliser quand un enfant apprend à dénommer des objets ou récite une poésie. Nous proposons une amorce verbale, par exemple le début du mot, ou même le mot entier si l’enfant n’y parvient pas. Pour recourir à cette incitation, l’enfant doit pouvoir parler.

Ø L’incitation par imitation : c’est par exemple quand on montre le modèle à imiter quand l’enfant s’est trompé (ou va se tromper). Pour cela, il faut s’assurer que l’enfant a acquis l’imitation.

Ø L’incitation gestuelle : souvent un geste de la main, du bras, de la tête qui va inciter à se diriger vers la bonne réponse. Pour cela, l’enfant doit avoir acquis l’attention conjointe.

Compte tenu du fait que certaines compétences doivent être acquises par les enfants pour utiliser tel ou tel type d’incitation, nous favoriserons plutôt les incitations physiques et visuelles pour les bas niveaux de développement ou pendant la petite enfance (de 0 à 2 ans). En sachant que ces incitations peuvent aussi être proposées pour les niveaux supérieurs, notamment pour les apprentissages moteurs et d’autonomie (idées à suivre…).

Photo by Agung Pandit Wiguna from Pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

facilisis suscipit eleifend Lorem ut Curabitur dolor Aliquam fringilla Aenean quis, felis