Blog

18.08.2020

Parents : On ne naît pas pédagogue ni comportementaliste, on le devient…

Par le Dr Mehdi Liratni

Extrait de notre nouveauté 100 idées pour enseigner les habiletés sociales

Pendant les temps d’activités, de goûters ou de repas, valorisez l’enfant (pendant les autres moments aussi, cela va de soi), interagissez avec lui de manière positive, faites preuve d’humour et de patience. Si la relation avec votre enfant est actuellement compliquée, considérez-la comme un temps de travail : la bienveillance inconditionnelle est une qualité pédagogique qui s’apprend et se développe avec le temps.

Ayez confiance, observez votre état émotionnel et votre satisfaction quand vous n’avez pas cédé à votre colère ou aux petites provocations de votre enfant. Ancrez ce sentiment profondément après chacun de ces moments privilégiés. L’idée est de construire au fil du temps un échange puissant pendant ces temps à deux : rire ensemble, chahuter ensemble, découvrir un nouveau jeu ensemble… de sorte que le plaisir relationnel atteigne, peu à peu, le même niveau (ou supérieur) que celui du plaisir provoqué par l’activité.

Enfin, dans certains cas (enfants « placés », en carence affective…), il se peut que l’enfant cherche à tester la solidité de ce moment de plaisir et tente de le saboter pour observer si votre bienveillance est réellement inconditionnelle. Dans ce cas, cherchez à aménager au maximum l’environnement pour éviter les débordements et, s’ils ont lieu, expliquez à l’enfant que l’activité va s’arrêter, mais que vous chercherez toujours un autre moment pour lui faire plaisir, car c’est très important pour vous. Si l’enfant s’en va, faites-en sorte que les derniers mots qu’il entende soient : « Tu es important pour moi et c’est important pour moi qu’on passe de bons moments ensemble. »

Photo by August de Richelieu from Pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

efficitur. in diam sit consectetur Donec vulputate, sed velit, at massa