Blog

1.10.2019

Pourquoi préférer une discipline bienveillante aux punitions ?

Par Marie Costa

Extrait du livre 100 idées pour éviter les punitions

« Discipliner les enfants ne produit pas des enfants disciplinés. »,Thomas Gordon

L’éducation d’un enfant peut très bien se faire dans un cadre serein et calme. En effet, discipliner ne veut pas dire punir à tout moment, à chaque faux pas de l’enfant. 

Pourquoi ne pas imaginer une éducation bienveillante et structurante pour que les enfants donnent le meilleur d’eux-mêmes ? Ou comment éduquer en évitant les punitions ?

La bienveillance éducative trouve son inspiration dans les techniques de communication « non violente » développées notamment par le psychologue Marshall Rosenberg1 à partir des années 1960. Elles ont été inspirées par le concept « d’écoute active » du psychologue américain Carl Rogers. La communication non violente invite à se départir des jugements négatifs et à solliciter davantage l’empathie.

Comment obtenir d’un enfant qu’il respecte les règles ? Comment gérer les crises de colère et d’opposition ?

La pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto2 a été pionnière en affirmant qu’éduquer un enfant, c’est « lui donner les règles, les repères, les interdits majeurs qui lui assureront cette sécurité existentielle ».

D’autres professionnels confirment le bien-fondé d’une éducation respectueuse, comme Isabelle Filliozat3, psychologue, qui propose aux parents de mieux comprendre les émotions des enfants ou Catherine Gueguen4, pédiatre, qui expose les dernières découvertes scientifiques sur le développement du cerveau par un véritable plaidoyer en faveur d’une éducation bienveillante.

Catherine Dumonteil Kremer5 promeut la parentalité positive, tout en expliquant comment poser des limites aux enfants sans les blesser et leur transmettre des règles de vie.

Elles ont aussi toutes souligné les répercussions négatives des cris, des punitions, et des crises de colère des parents sur l’enfant.

En France, l’éducation bienveillante s’est aussi démocratisée avec la promulgation le 10 juillet 2019 de la loi relative à l’interdiction des violences éducatives ordinaires qui met en conformité la France avec ses engagements internationaux, notamment la Convention internationale des droits de l’enfant ratifiée en 1990.

Pourtant, certains parents peinent à envisager une éducation sans cris, menaces ou punitions alors qu’ils ont eux-mêmes été élevés ainsi. Comment faire autrement et différemment de l’éducation que l’on a reçue de ses parents ?


1. Rosenberg, M. (2016). Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des

murs). Paris : La découverte.

2. Dolto, F. (1994). Les étapes majeures de l’enfance. Paris : Gallimard.

3. Filliozat, I. (2013). Au coeur des émotions de l’enfant. Paris : Marabout.

4. Gueguen, C. (2014). Pour une enfance heureuse. Paris : Robert Laffont.

5. Dumonteil-Kremer, C. (2004). Poser des limites à son enfant et le respecter. Saint-Julien-en-Genevois : Jouvence.

Photo : Daria Obymaha from Pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

at Curabitur libero. amet, libero dolor mi, mattis Phasellus suscipit consequat. Donec