Blog

29.12.2019

Comment reconnaitre et comprendre un enfant avec un haut potentiel ?

Par Doris PerrodinRoberta Poulin et Olivier Revol

Extrait du livre 100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel

Lorsqu’un parent constate que son enfant semble « différent » des autres enfants de son âge, lorsqu’il remarque que celui-ci a des difficultés (qu’elles soient affectives, sociales, scolaires, etc.), il est parfaitement légitime de chercher des pistes permettant de l’aider.

Dans un premier temps, quand l’idée leur vient suite à une émission, une lecture, un témoignage, nombreux sont les parents qui se sentent bien présomptueux de ne seraitce qu’oser se demander si leur enfant pourrait être HP. À la seule évocation de cette question, ils sont souvent envahis par une forme de honte ou de crainte d’être considérés comme des parents prétentieux, voyant en leur progéniture un être d’exception qui serait supérieur à ses pairs. Cela est d’autant plus vrai s’il s’agit d’un enfant unique ou d’un aîné.

Un regard extérieur peut alors s’avérer très utile et aidant pour ces parents à la fois prisonniers du doute et qui hésitent à suivre ce que leur dicte leur instinct.

Parfois un ami, un enseignant, un psychologue, un pédiatre évoque l’éventualité d’une précocité intellectuelle. Douance qui pourrait expliquer ce sentiment de différence, sans que les parents n’aient réellement identifié ou voulu voir le décalage par eux-mêmes. Eux se retranchent généralement derrière une impression rassurante de normalité de leur enfant, voyant en tout ce qu’il fait quelque chose d’accessible et rien que de très banal. Si les autres enfants ne sont pas ainsi, c’est uniquement parce qu’il s’agit d’enfants un peu lents ou un peu maladroits dans les apprentissages, par exemple. Dans cette configuration, l’interprétation que les parents font de cette différence va toujours dans le sens de la normalité de leur petit par rapport à une lenteur chez un ou d’autre(s) enfant(s) qui serai(en)t un peu moins vif(s). Mais ils n’envisagent jamais l’hypothèse d’une différence dans le sens opposé, c’est-à-dire celle qui, partant d’un groupe d’enfants tout à fait dans la norme, indiquerait que leur enfant, lui, sortirait de cette moyenne et serait au-dessus de celle-ci.

En ce cas, comme s’ils se trouvaient devant un interdit, les parents tardent plus ou moins à admettre qu’effectivement les difficultés rencontrées pourraient s’expliquer – du moins en partie – par un haut potentiel intellectuel chez leur enfant.

Photo by Huy Phan from Pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

velit, ante. ultricies dictum Praesent Sed ut eleifend vel, libero