Blog

19.04.2019

Comment rééduquer la mémoire de travail ?

Par Gérald Bussy

Extrait du livre 100 idées pour stimuler sa mémoire de travail

Rééduquer une fonction cognitive aussi complexe que la mémoire n’est pas chose facile, voire impossible dans certains cas. Mais ce constat n’est pas vrai pour la mémoire de travail. En effet, de très nombreuses études ont montré une amélioration des performances en mémoire de travail après une rééducation neuropsychologique.

Par exemple, ces améliorations ont été constatées chez des enfants TDA/H (Klinberg, Forssberg & Westerberg, 2002), dysphasiques (Cadoux et Pellizarro, 2011), déficients intellectuels (Comblain, 1994). On retrouve également des améliorations chez des adultes ayant eu un AVC ou des traitements par chimiothérapie.

L’ensemble de ces études montre qu’un trouble de la mémoire de travail peut, plus ou moins, se rééduquer.

Cela implique plusieurs questions :

Est-ce que ces améliorations se maintiennent dans le temps ? Quelques études ont tenté de montrer que les améliorations que l’on observe immédiatement après une rééducation se maintiennent dans le temps. Les résultats sont pour l’instant mitigés, mais il a été démontré que les effets d’une rééducation assez courte pouvaient se maintenir dans le temps plusieurs mois. On peut donc espérer que si les rééducations sont plus longues ou entretenues quotidiennement avec des exercices d’entraînement, les effets devraient perdurer.

Est-ce que cette rééducation améliore les autres fonctions cognitives qui sont liées la mémoire de travail (langage oral, langage écrit…) ? La réponse est oui. Des études ont mis en évidence une amélioration sur les capacités en mathématiques, en langage oral, en lecture ou encore au niveau des capacités de logique.

Qui propose habituellement cette rééducation ? La rééducation est proposée par les neuropsychologues après une évaluation des dysfonctionnements cognitifs. La phase d’évaluation et la connaissance des modèles cognitifs de la mémoire de travail permettent au thérapeute d’ajuster sa prise en charge qui évoluera en fonction des progrès de son patient.

Photo : pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

velit, ut ut quis sed porta. Aenean risus efficitur.