Blog

10.02.2020

À l’école, comment réaliser un cadre de travail adapté à l’élève dyslexique ?

par Gavin Reid & Shannon Green

Extrait du livre 100 idées + pour venir en aide aux élèves dyslexiques

Les élèves dyslexiques apprennent d’une manière « différente » des autres élèves. Il est essentiel que l’équipe pédagogique en tienne compte et qu’elle puisse se référer à un certain nombre d’activités pédagogiques qui lui serviront de guide ou de cadre de travail. Cette façon d’intervenir permet aussi d’appréhender la manière « différente » dont les élèves dyslexiques procèdent pour apprendre.


La création de ce « cadre de travail adapté aux besoins spécifiques des élèves dyslexiques » est donc un travail important que l’équipe pédagogique doit réaliser. Une fois rédigé sous forme de « charte », ce cadre de travail devrait être utilisé comme un guide par tous les enseignants de l’école. Il sera particulièrement utile aux jeunes enseignants qui ne connaissent pas bien ces difficultés d’apprentissage et n’ont pas encore eu l’expérience d’enseigner aux élèves dyslexiques.

Ce cadre de travail adapté aux élèves dyslexiques comporte des conseils tels que :

  • – utiliser des graphiques et des schémas pour noter les points essentiels d’une leçon ;
  • – recourir aux gestes et aux mimiques pour les élèves qu’une approche kinesthésique peut aider. Cela peut être le cas lors de l’apprentissage des lettres – lettres en bois ou en cartons, dessiner les lettres dans du sable ou en l’air. Lors de l’apprentissage des sons qui composent les mots, l’utilisation de la méthode gestuelle de Mme Borel- Maisonny est recommandée. Les activités théâtrales sont aussi préconisées ;
  • – illustrer les textes à l’aide d’images ;
  • – utiliser la couleur pour surligner les mots importants ;
  • – noter la signification des graphiques et des schémas ;
  • – utiliser des jeux pour apprendre le vocabulaire : par exemple fabriquer des cartes – de la taille de cartes à jouer – sur lesquelles seront notés les mots à apprendre que l’on regroupera en paquets ;
  • – utiliser les couleurs pour faire la distinction entre des buts différents ou des objets différents : en particulier dans l’apprentissage de la grammaire ;
  • – lire en écoutant en même temps l’enregistrement du texte ;
  • – créer des « pense-bête » à l’aide de schémas ou de graphiques arborescents ;
  • – présenter l’information par petits segments, en ménageant de nombreuses opportunités de répétition et de révision.

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

Donec mi, sed ut non id dapibus Praesent leo. elit.