Blog

10.11.2020

La psychomotricité et les troubles psychomoteurs

Par Anne Bonneil et Clara Meunier

Extrait du livre Psychomotricité et troubles psychomoteurs

Qu’est-ce que la psychomotricité ?

 La psychomotricité est une thérapie à médiation corporelle qui prend en compte le patient dans ses dimensions affectives, cognitives et motrices. Elle s’adresse à toutes les classes d’âge (du nourrisson à la personne âgée) et prend en charge différents troubles ainsi que des mal-être psychiques et corporels.

Dans un cadre spatio-temporel défini, à l’aide de diverses médiations – jeux, relaxations, danse, balnéothérapie, activités manuelles… – le psychomotricien prend en charge la personne dans sa globalité. La prise en charge est basée sur la notion de plaisir et d’expressivité.

Il y a trois approches en psychomotricité : l’éducation, la rééducation et la thérapie.

L’éducation psychomotrice  qui « permet, par des stratégies de médiations motrices et perceptivo-motrices, de soutenir le développement psychomoteur de l’enfant tant dans sa forme cognitive, motrice, affective et sociale », Chevalier & Rigal  (2006).

C’est un accompagnement préventif du jeune enfant, dans la découverte motrice, spatiale, interactive, symbolique… L’éducation psychomotrice utilise le jeu et le plaisir de l’enfant pour favoriser l’éveil psychomoteur.

Cet axe de travail permet un dépistage précoce, qui amène à une prise en charge rapide, pouvant réduire l’impact des troubles dans le développement psychomoteur de l’enfant. Dans ce cadre, le psychomotricien peut intervenir dans les crèches et les écoles maternelles.

La rééducation psychomotrice est une « approche, qui par le mouvement vise à optimiser le potentiel psychomoteur d’un sujet. Ce travail tend à la  récupération ou l’acquisition d’une fonction cognitive ou motrice », Chevalier & Rigal  (2006).

En rééducation psychomotrice, le psychomotricien intervient afin de traiter les troubles psychomoteurs. Ce traitement a pour but de minimiser ou d’abolir les conséquences du handicap au quotidien en mettant en place des stratégies de compensation propres à chacun.

Cet axe de travail est plus particulièrement utilisé dans le cadre des retards de développement, troubles psychomoteurs, dysfonctionnements (troubles DYS), pathologies neurologiques. La rééducation psychomotrice est rarement abordée isolément et se lie facilement avec un versant thérapeutique.

La thérapie psychomotrice permet de prendre en charge les troubles de la personnalité, les troubles du comportement alimentaire, le mal-être corporel, les difficultés d’ajustement social et relationnel grâce à des médiations mettant en jeu son propre corps dans le lien à soi et aux autres. Cette thérapie vise à rétablir des relations sociales adaptées, ainsi qu’un rapport à son corps plus serein.

En thérapie psychomotrice, on envisage le corps comme lieu d’expression des affects, mais aussi comme lieu d’impression par ce qu’il peut recevoir, intégrer, assimiler. Le corps s’exprime, on doit l’écouter et répondre à ses expressions.

Contrairement à la rééducation psychomotrice qui cherche à atteindre un objectif de réussite normée, l’approche en thérapie psychomotrice vise à atteindre un bien-être psychocorporel. C’est grâce à l’éprouvé du corps en mouvement, à l’expression de ses ressentis sensoriels et émotionnels que se crée une unité corps-psyché.

Qu’est-ce que les troubles psychomoteurs ?

Dans son ouvrage Être psychomotricien publié aux éditions Érès, Catherine Potel, psychomotricienne, explique que « les troubles psychomoteurs sont des expressions symptomatiques, corporelles ou comportementales, du fonctionnement d’un sujet, enfant, adolescent, adulte, dont les origines peuvent être diverses (neurologiques, psychologiques, relationnelles, psychiques), et dont la présence affecte les potentialités du sujet, qu’elles soient de l’ordre de la cognition, de la créativité ou des moyens d’expression et de communication qui, habituellement, empruntent le canal du corps : un corps sensible, un corps en mouvement, un corps dans l’espace, un corps en relation ».

De ces troubles résultera l’indication en psychomotricité.

Le psychomotricien est soumis, depuis le 6 mai 1988, au Décret de compétence qui indique les actes qu’il peut accomplir et qui le protège aussi dans sa pratique. Il est important de souligner que ce décret détermine les troubles que le psychomotricien a pour objet de prévenir et traiter sans que soit précisée la cause de ces troubles.

Pour un même trouble, la prise en charge ne sera pas la même. Le mode d’approche variera selon l’individu, ses désirs, ses appétences, mais aussi selon l’approche choisie par le psychomotricien.

Un trouble psychomoteur peut se présenter sous plusieurs formes, allant du retard psychomoteur au dysfonctionnement. Les troubles psychomoteurs les plus connus sont :

LE TROUBLE D’ACQUISITION DE LA COORDINATION (TAC) :

 Anciennement nommé dyspraxie, le TAC est un trouble neurodéveloppemental, un trouble du geste. Les enfants présentant un TAC manquent de précision pour effectuer des gestes complexes qui nécessitent une organisation dans le temps et dans l’espace. Ce dysfonctionnement entraîne un décalage avec les enfants du même âge en ce qui concerne les acquisitions motrices et l’autonomie. Les relations sociales peuvent également être affectées. Les gestes sont plus coûteux en énergie pour un résultat identique ou parfois moins bon.

LA DYSGRAPHIE :

 Est un trouble de l’écriture, un dysfonctionnement qui a un impact sur la qualité graphique et/ou la vitesse de transcription. La dysgraphie est rarement isolée, elle se couple facilement avec un autre trouble DYS.

LE TROUBLE DÉFICITAIRE DE L’ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITÉ (TDA/H) :

 Est un trouble cognitif qui regroupe un défi cit attentionnel et une impulsivité associés ou pas à une hyperactivité. Pour faire l’hypothèse de ce diagnostic, il est important de noter que les difficultés attentionnelles, l’impulsivité, et plus ou moins l’hyperactivité doivent être repérables dans toutes les situations et tous les lieux de vie du patient, durant au moins 6 mois. Autrement dit, si cette personne est capable de se comporter de façon tout à fait adaptée dans un lieu et/ou une situation, le diagnostic de TDA/H ne peut être posé. Il est important de différencier un TDA/H d’une agitation psychomotrice réactionnelle ou en lien avec un état anxieux.

 – L’INHIBITION :

Peut être comparée à une timidité excessive entravant l’action et les relations sociales. Elle est parfois associée à un état dépressif et/ou des phobies, ainsi qu’à un ralentissement psychomoteur. Elle peut être vraiment très handicapante au quotidien.

 – LE TROUBLE DES CONDUITES ALIMENTAIRES (TCA) :

Comme son nom l’indique, c’est un trouble en rapport avec l’alimentation qui peut apparaître à tout âge, mais le plus souvent à l’adolescence. Les TCA regroupent les anorexies mentales, les boulimies et les hyperphagies pour les plus connues. Les TCA présentent une symptomatologie complexe. Ils sont souvent associés à une hyperactivité, des états dépressifs, anxieux, une dysmorphophobie…

Dans ces troubles, le corps et la pensée fonctionnent de façon dissonante.

 – LE TROUBLE DE L’IMAGE DU CORPS ou  DYSMORPHOPHOBIE :

Le patient a une insatisfaction vis-à-vis de son apparence physique sans que cela soit objectif. Ces troubles impactent l’estime de soi, l’aisance relationnelle… Ils sont présents dans la symptomatologie des TCA, mais aussi dans d’autres cas.

 – LES TROUBLES DU SPECTRE AUTISTIQUE (TSA)  :

C’est un trouble du développement qui impacte les acquisitions motrices, langagières et cognitives du sujet. On retrouve chez les personnes touchées des difficultés dans la communication et l’apprentissage des codes sociaux.

L’appellation TSA regroupe toutes sortes d’autismes, de l’autisme de Kanner (déficit relationnel important, absence de langage…) à l’autisme d’Asperger, dit de haut niveau. Des particularités sensorielles sont souvent présentes et entraînent un rapport au corps et au monde environnant très différent. Cela peut également entraîner un retard de développement.

 – LES TROUBLES NEUROLOGIQUES OU MOTEURS :

Il peut s’agir d’une perte d’autonomie importante sur le plan cognitif ou moteur suite à des Accidents Vasculaires Cérébraux, des traumatismes crâniens, le syndrome du bébé secoué, le polyhandicap, les syndromes génétiques, les épilepsies, les maladies neurodégénératives, les démences séniles…

L’apraxie ou l’aphasie peuvent être une des conséquences. Certaines séquelles seront durables et demanderont au patient de se réapproprier ce nouveau corps.

Photo by Tatiana Syrikova from Pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

tristique velit, justo massa suscipit pulvinar luctus dolor tempus