Blog

19.06.2020

Mon enfant mord, que faire ?

Par Marie Costa

Extrait du livre 100 idées pour éviter les punitions

« Mon fils de 3 ans a mordu hier sa soeur de 7 mois pendant qu’ils jouaient dans le bain. J’avais soupçonné plusieurs fois “des morsures” sans pouvoir l’affirmer. Là, la petite hurlait et elle avait une marque sur le bras. Je l’avais prévenu que s’il faisait mal à sa petite soeur, je ne m’occuperais plus de lui, alors j’ai sorti la petite du bain et je l’ai soignée. Mais le lendemain, mon fils s’est réveillé tout fier en disant : “Moi, j’ai mordu Charlie, nanana.” Je me demande si “ma punition” – ne pas m’occuper de lui –, l’empêchera vraiment de recommencer. »

Natalia, maman de Charlie 7 mois et de Terrance 3 ans.

Pourquoi l’enfant mord-il ?

Le bébé commence à découvrir le monde par la bouche : de la naissance à 18 mois, le bébé porte à sa bouche les objets qu’il prend dans ses mains et les mordille. C’est une étape normale de son développement. C’est par la bouche que le bébé explore et apprend. Il découvre différents goûts, textures, qu’il aime ou qu’il n’aime pas. Il peut mordre pour explorer ou par curiosité, aussi bien un objet qu’une personne près de lui.

La majorité des enfants qui mordent ont entre 13 et 24 mois, ce qui correspond également à la percée de plusieurs dents. Mordiller peut donc être un moyen de soulager une douleur. Tant que l’enfant ne maîtrise pas la parole, il exprime ce qu’il ressent par des gestes : il attrape, montre, tire, pousse, pince ou mord. Il mord également pour faire comprendre qu’il n’est pas content. Plus il va développer son langage et s’exprimer clairement et moins il va utiliser les cris, les gestes et les morsures pour « dire » ce qu’il veut.

Lorsque l’enfant mord, son cerveau n’est pas encore assez mature pour comprendre les conséquences de son geste. La morsure reste alors un acte impulsif que l’enfant ne peut contrôler ni maîtriser. Il correspond souvent à une décharge brutale de tensions, d’un malaise intérieur, d’une frustration intense qui submergent l’enfant.

Votre enfant vient de mordre ? Essayez d’en comprendre la raison :

  • Il est bébé et il explore avec sa bouche.
  • Il a mal aux dents (poussée dentaire).
  • Il est fatigué.
  • Il le fait pour s’amuser sans mesurer sa force.
  • Il est en colère ou fâché.
  • Il est frustré de ne pas obtenir ce qu’il aimerait.
  • Il veut prendre le jouet que son copain a dans les mains.
  • Il essaye de démontrer de l’affection, mais de façon incontrôlée.
  • Il est très excité et mord pour exprimer sa joie ou son affection.
  • Il a besoin de se défouler.
  • Il veut attirer l’attention de l’adulte.
  • Il cherche à repousser un autre enfant et se défend.
  • Il découvre un nouvel environnement et il ne se sent pas à l’aise avec autant d’enfants autour de lui.
  • Il a été mordu ou tapé.

Des pistes pour réagir.

Vous avez compris la raison ? Malgré tout, il ne faut pas tolérer ce comportement ni le laisser faire.

1. Vous devez intervenir, mais sans le mordre à votre tour pour lui « montrer ce que cela fait » ! Répondre à un comportement agressif par un autre n’est pas un exemple à transmettre à l’enfant ; il peut même le conforter : « Maman ou papa me mord aussi, donc c’est permis. » Vous perdez toute légitimité et vous insécurisez l’enfant.

2. Un STOP ou un NON ferme sont souvent la meilleure méthode pour intervenir. Il comprendra que son geste est inacceptable.

3.  ous devez prendre soin de l’enfant mordu en le consolant et en le soignant. En prenant tout de suite en charge l’enfant mordu, votre enfant verra qu’il n’a pas attiré l’attention en mordant.

4. Évitez les longs discours : regardez votre enfant dans les yeux et dites-lui calmement, mais fermement : « Je ne veux pas que tu mordes les autres, c’est un geste interdit. » Demandez-lui ou expliquez-lui les conséquences de son geste : « Regarde, elle a eu mal, elle pleure », « Tu as le droit de dire que tu n’es pas content en disant : Non », « Tu voulais le camion de Clara, mais tu pouvais lui demander gentiment ». Ne dites pas à votre enfant : « Tu es méchant », vous ne ferez que nuire à son estime de lui-même en lui apposant cette étiquette.

5. Réparer en demandant pardon : l’enfant peut ensuite embrasser l’enfant mordu, câliner, s’excuser et dire qu’il ne recommencera plus.

6. Si l’enfant recommence : vous pouvez éloigner l’enfant mordu (ou vous éloigner s’il vous a mordu) en lui expliquant qu’il a eu mal et que mieux vaut faire une pause. Soyez vigilant dans les jours qui suivent la morsure, intervenez rapidement si vous sentez que votre enfant va mordre de nouveau en redirigeant son attention, en rappelant la règle d’interdiction ou en restant près de lui.

7. Bravo, tu l’as dit avec des mots ! : lorsque l’enfant est capable de mettre des mots sur ses émotions, sur ce qui ne lui convient pas… il arrête bien souvent de mordre et il s’explique. Pour le parent, il est important de valoriser toutes les tentatives pour prendre la parole, plutôt que d’utiliser sa bouche pour mordre.

Tous les enfants finissent par arrêter de mordre, mais certains mettent plus de temps que d’autres. Faites preuve de patience et de fermeté.

L’enfant a besoin de confiance dans ses capacités pour progresser : « Tu vas apprendre à faire autrement, je sais que tu es capable de dire les choses plutôt que de mordre, je te fais confiance. »

Analyse de solutions

1. Faire le point sur la situation : en fonction de son âge, de son développement, de son niveau de langage, de la situation dans laquelle cela se produit.

2. Observer le comportement pendant quelques jours consécutifs à l’aide d’une grille d’observation ou de fréquence.

3. Se questionner sur les causes possibles : fatigue, changement, inconfort, désir, etc.

4. Utiliser des bons : « Je demande pardon et je répare. »

Photo by Anna Shvets from Pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

libero nec elit. eleifend luctus ultricies Praesent