Blog

28.01.2019

Dyspraxie : l’apprentissage de la numération

Par Amanda Kirby et Lynne Peters

Extrait de l’ouvrage 100 idées pour aider les élèves dyspraxiques

L’usage de la numération, par exemple pour apprendre à lire l’heure ou les tables de multiplication, présente souvent des difficultés pour un enfant dyspraxique. Il est essentiel de vérifier tout d’abord qu’il comprend bien ce qu’est un nombre et de lui rendre ce concept « concret »

Pour cela, les programmes comme Numicon© sont formidables. Numicon est un programme de mathématiques destiné aux jeunes enfants ; il se présente notamment sous la forme de plaquettes de différentes couleurs, percées d’un certain nombre de trous correspondant à des nombres, avec des clous que l’enfant peut enficher sur les plaques (la disposition des trous est semblable à celle des plaquettes Herbinière-Lebert qui avaient été introduites dans les écoles françaises dans les années 1950). Les enfants peuvent ainsi voir, toucher et manipuler concrètement des nombres ; les formes étant logiquement d’autant plus grandes que le nombre figuré est grand, ils apprennent ainsi facilement à reconnaître globalement la représentation des nombres.

Façonnez des dessins de nombres avec de la pâte à modeler ou de la plasticine, et, quand vous compterez des objets avec l’enfant, faites le lien avec les nombres en pâte à modeler. Voir les formes des nombres est de nature à aider considérablement l’enfant à se familiariser avec le concept de numération.

La compréhension du « langage » mathématique est évidemment également importante. Par exemple, un enfant avec TDC aura besoin d’apprendre que le signe « + » et les mots « ajouter », « plus », et « faire l’addition » signifient la même chose.

Tous les jeux basés sur les nombres, le comptage, le calcul ou les scores, tels le jeu de l’oie, les fléchettes, les dominos, etc. sont excellents pour faciliter la compréhension des notions mathématiques de base.

Cette compréhension sera également rendue d’autant plus facile que le concept de nombre pourra être systématiquement relié dans l’esprit de l’enfant à des réalités de la vie quotidienne. Faire la cuisine peut aider à apprendre de façon simple et ludique à se familiariser avec les notions de poids et de mesures, de fractions ou de proportions. Une balance à plateaux (ou « balance Roberval ») est idéale.

Vous pouvez aussi compter à haute voix les cuillerées des divers ingrédients utilisés pour les plats que vous élaborez avec l’enfant.

Enfin, les calendriers et les frises chronologiques utilisées en histoire peuvent aussi servir pour travailler les mathématiques.

Photo by Magda Ehlers from Pexels

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

mi, accumsan id, risus. Donec lectus commodo libero. Aliquam