Blog

20.02.2020

Quels sont les symptômes du TDAH ?

Par Céline Alcaraz et Fanny Ayanouglou

Extrait de notre nouveauté TDAH des enfants et adolescents

Les principaux symptômes du TDAH tiennent aux difficultés d’attention, à l’hyperactivité (activité excessive) et à l’impulsivité (agir avant de réfléchir aux conséquences).

Selon le DSM-5 [1], ces manifestations d’inattention, d’hyperactivité et d’impulsivité doivent :

• présenter un caractère excessif,

• ne pas correspondre au niveau de développement de l’enfant,

• être présents depuis au moins 6 mois,

• avoir un retentissement négatif direct sur les activités sociales et scolaires,

• et être présents dans au moins deux contextes de vie (généralement : à l’école ou au collège et à la maison).

Inattention

Le DSM-5 retient 9 symptômes d’inattention. L’enfant ou l’adolescent TDAH doit présenter au moins 6 des 9 symptômes suivants :

• Souvent, il ne parvient pas a  prêter attention aux détails ou il fait des fautes d’étourderie dans ses devoirs scolaires, dans son travail ou dans d’autres activités (par exemple : il néglige ou oubli des détails, son travail n’est pas précis) ;

• Il a souvent du mal a  soutenir son attention au travail ou dans les jeux (par exemple : il a du mal a  rester concentré durant un cours, une conversation, la lecture d’un texte long) ;

• Il semble souvent ne pas écouter quand nous lui parlons personnellement (par exemple : son esprit paraît ailleurs, même en l’absence d’une distraction manifeste) ;

• Souvent, il ne se conforme pas aux consignes et il ne parvient pas a  mener a  terme ses devoirs scolaires, ses tâches domestiques ou ses obligations professionnelles (par exemple : il commence un travail, mais perd vite le fil et il est facilement distrait) ;

• Il a souvent du mal a  organiser ses travaux ou ses activités (par exemple : difficultés a  gérer des tâches séquentielles ; difficultés a  conserver ses outils et ses affaires personnelles en ordre ; il complique et désorganise le travail ; il ge re mal le temps ; il ne respecte pas les délais fixés) ;

• Souvent, il é vite ou il a en aversion ou il fait a  contrecoeur les tâches qui nécessitent un effort mental soutenu (par exemple : le travail scolaire ou les devoirs a  la maison ; chez l’adolescent ou l’adulte : préparation de rapports, formulaires a  remplir, revoir un long article) ;

• Il perd souvent les objets nécessaires a  son travail ou a  ses activités (matériel scolaire, crayons, livres, outils, portefeuille, clés, papiers, lunettes, téléphone mobile) ;

• Souvent, il se laisse facilement distraire par des stimuli externes (chez l’adolescent et l’adulte, cela peut inclure : passer du « coq-à-l’âne »).

• Il a des oublis fréquents dans sa vie quotidienne (par exemple : lorsqu’il effectue des tâches ménagères ou quand il fait les courses ; ou (chez les grands adolescents et les adultes), pour rappeler des personnes au téléphone, payer des factures, honorer des rendez-vous, etc.

Hyperactivité-impulsivité

Le DSM-5 retient également 9 symptômes d’hyperactivitéimpulsivité.

Ici aussi, l’enfant ou l’adolescent TDAH doit présenter au moins 6 des 9 symptômes suivants :

• Il remue souvent ses mains ou ses pieds, ou se tortille sur son sie ge ;

• Il se le ve souvent en classe ou dans d’autres situations ou  il est supposé rester assis (par exemple : il se le ve de sa place en classe, au bureau ou a  son travail, ou dans d’autres situations qui nécessitent de rester assis) ;

• Souvent, il court ou grimpe partout, dans les situations ou  cela est inapproprié (remarque : chez l’adolescent ou l’adulte, cela peut se limiter a  un sentiment d’agitation) ;

• Il a souvent du mal a  se tenir tranquille dans les jeux ou les activités de loisir ;

• Il est souvent « sur la bre che » ou agit souvent comme s’il était « monté sur ressorts » (par exemple : il est incapable ou il lui est très pénible de rester immobile pendant un long moment, comme au restaurant, dans une réunion,… ; il peut souvent être perçu par les autres comme agité ou difficile a  suivre) ;

• Souvent, il parle trop ;

• Il laisse souvent é chapper la réponse a  une question qui n’est pas encore entierement posée (par exemple : il termine la phrase de ses interlocuteurs ; il ne peut pas attendre son tour dans une conversation) ;

• Il a souvent du mal a  attendre son tour (par exemple : lorsque l’on fait la queue) ;

• Il interrompt souvent les autres ou impose sa présence (par exemple : il fait irruption dans les conversations, les jeux ou les activités d’autrui ; il peut commencer a  utiliser les biens d’autrui sans demander ou recevoir leur autorisation ; adolescent ou adulte, il peut s’immiscer ou s’imposer et reprendre ce que d’autres font).

Diversité des présentations cliniques

On distingue trois présentations cliniques du trouble :

TDAH de type hyperactivité/impulsivité prédominante

Dans cette forme de TDAH, les difficultés de l’enfant se centrent essentiellement au niveau de l’hyperactivité et de l’impulsivité. L’enfant peut également rencontrer des difficultés sur le plan attentionnel, mais elles ne remplissent pas tous les critères diagnostiques de la série Inattention. Généralement, il est difficile pour ces enfants de se soumettre aux règles, leur importante instabilité motrice perturbe leur fonctionnement au quotidien, que ce soit dans leurs tâches scolaires ou ailleurs. Ils sont souvent décrits comme des enfants qui gênent le groupe, qui « prennent de la place » et qui agissent de manière irréfléchie.

TDAH de type inattention prédominante

Dans cette forme, l’enfant n’éprouve pas de difficultés significatives dues à son impulsivité et il présente un niveau d’activité motrice comparable à celui des enfants de son âge. En revanche, son trouble se manifeste par une incapacité à centrer son attention de manière soutenue et une distractibilité importante. Ces enfants sont alors souvent décrits comme « rêveurs », « ailleurs », un peu lents a  se mettre en action, perdant facilement le fil de leur travail. Nous pouvons les percevoir comme « renfermés » et introvertis ; ils sont rarement perturbateurs en classe. Ces enfants sont plus difficiles à diagnostiquer, ou du moins ils sont souvent diagnostiqués plus tardivement.

TDAH de type mixte

Dans cette forme mixte, l’enfant répond à la fois aux critères de la série Inattention et à ceux de la série Hyperactivité/ impulsivité.

Ces symptômes doivent être observés avant l’âge de 12 ans. Ainsi, lorsque ce trouble est suspecté après 12 ans, il faut vérifier que les symptômes étaient bien présents avant l’entrée dans l’adolescence. 

La sévérité actuelle du trouble peut aussi être qualifiée de :

• légère : peu ou pas de symptômes sont présents au-delà de ceux requis au minimum pour poser le diagnostic, et ils n’entraînent que des altérations mineures du fonctionnement social ou scolaire.

• moyenne : les symptômes ou les altérations fonctionnelles sont présents sous une forme intermédiaire entre « léger » et « lourde ».

• lourde : plusieurs symptômes sont présents au-delà de ceux requis au minimum pour poser le diagnostic, ou plusieurs symptômes particulièrement graves sont présents, ou ces symptômes entraînent une altération marquée du fonctionnement social ou scolaire.

Les critères diagnostiques requis sont identiques au cours du temps. Toutefois l’expression des symptômes du TDAH varie en fonction de l’âge. Les études de suivi montrent ainsi à la fois une continuité et un changement de la symptomatologie entre l’enfance et l’adolescence [9].

À l’adolescence, l’impulsivité et les problèmes de contrôle émotionnel sont souvent au premier plan. Dans la vie quotidienne, les adolescents avec TDAH sont décrits comme susceptibles, haussant facilement le ton, sur la défensive et rarement satisfaits. L’hyperactivité motrice peut, dans une certaine mesure, s’être atténuée, mais il s’agit plutôt d’un changement dans son mode d’expression : elle est plus discrète. On passe d’une agitation motrice à une agitation interne que nous pouvons décrire comme de la nervosité.

Le développement de mécanismes de contrôle et la mise en place de mécanismes compensatoires expliquent sûrement ce changement. Par ailleurs, les adolescents sont plus à même de s’orienter vers des activités davantage en rapport avec leurs capacités.

Les difficultés attentionnelles et organisationnelles persistent généralement. Ces difficultés se répercutent directement sur leurs performances scolaires. Ils débutent souvent l’année scolaire avec beaucoup de bonne volonté et d’enthousiasme, mais il leur est difficile de maintenir leur motivation et de soutenir leurs efforts tout au long de l’année.

Ces jeunes sont souvent à la recherche de sensations nouvelles et présentent un risque accru de s’engager dans des conduites à risques : consommation de cigarettes, d’alcool, de cannabis et des prises de risques sexuels. Ces comportements à risques s’observent davantage chez les sujets qui n’ont pas bénéficié d’un accompagnement spécifique de leur TDAH.

Restez informé des nouveautés et évènements Tom Pousse.

neque. libero leo mi, commodo mattis